Category: media


Mes plus plates excuses à tous ceux qui sont passés par ici ces dernières semaines, sans y trouver le moindre morceau de nouveauté.

Mes dernières semaines ayant été pas mal occupées par mes recherches de boulot, et quelques missions de free-lance, mon « pijama » s’est retrouvé quelque peu délaissé.

L’actu publicitaire ne m’a également peut être pas fourni de sujet suffisant marquant pour être traité.

Ceci étant dit, j’éprouve aujourd’hui le besoin de faire un petit coup de projecteur sur une collaboration annonceur/agence particulièrement prolifique ces derniers mois.

Axa + Duval Guillaume = ❤

Tout a commencé lors du lancement de la première application iPhone de l’assureur, avec une campagne print qui promettait de « donner vie » à ce media habituellement statique.

Plus récemment, la banque communique sur son prêt rénovation avec un gigantesque QR Code, fait de milliers de pots de peinture.

Enfin, dernièrement, pour promouvoir la sortie d’une nouvelle application iPhone, l’agence continue d’innover avec la première « i-Mercial » qui à l’aide d’un QR code (encore!) permet de prolonger le spot tv et de « rentrer » dans l’histoire.

Ce qui est particulièrement intéressant à noter dans cette collaboration entre Axa et l’agence belge est, l’exigence constante dans l’innovation et l’usage des médias. Ces 3 campagnes s’appuient sur une interactivité évidente entre les différents supports de com’. De plus, elles permettent au consommateur de « s’impliquer » dans son exposition au message publicitaire et donc de sortir d’une posture passive.

Pour finir, ce principe d’« intermédialité » (cher à @pariscomlight 😉 ) offre certaines garanties quant aux taux de transformation (par exemple pour les téléchargements d’applications), qu’on ne retrouve certainement pas dans des communications plus classiques.

disclaimer: oui j’ai travaillé chez Duval Guillaume et oui je les AIME!!!

Série de prints pour le nouveau Mentos Rainbow aussi réussis au niveau de la direction artistique et de la photo que ratés et incompréhensibles au niveau de l’idée et de la copy.

Réalisés par l’agence brésilienne NEOGAMA/BBH, peut être que la traduction portugais/anglais n’arrange pas les choses …

Si vous avez compris n’hésitez pas à partager vos « insights »!

source

Semaine chargée pour Findus et son agence Grey qui font parler d’eux sur plusieurs tableaux.

1) Un double affichage événementiel sur son engagement au respect d’une pêche responsable.

Bravo aux créatifs bien barrés qui ont eu l’idée de proposer ce dispositif avec ces 2 panneaux situés au bout de la rue de Passy à Paris, mettant en scène une chorale de 25 poissons chantants et dansants sur un remix de « Shake your booty ».

2) Un partenariat avec Dailymotion pour le lancement d’une nouvelle pizza Crousti’Express.

Au bout de 3min [soit le temps de cuisson de la pizza] de lecture d’une video, la fenêtre s’ouvre tel une porte de micro onde pour laisser apparaître une pizza qui donne l’eau à la bouche.

Alors si l’on peut apprécier l’utilisation du « rich media » et la copy-strategy centrée sur le plus produit (cuisson en 3min), on peut s’interroger sur l’intrusivité d’une telle opération.

source + source

Londres a toujours eu la réputation d’être une destination chère. Les hôtels et les restaurants sont en effet parmi les plus onéreux en Europe.

Mais avec la crise économique, le cours de la livre a chuté de façon importante, et un pound équivaut désormais à peu près à un euro.

TBWA Brussels, a remarqué que la concurrence communiquait généralement sur l’expérience à bord et sur les promotions et, a décidé de s’appuyer sur l’insight suivant:  » les gens choisissent d’abord une destination puis le moyen de s’y rendre ».

Eurostar doit donc devenir le promoteur d’expériences nouvelles à Londres et, avec la crise les Belges n’ont jamais eu pareil pouvoir d’achat outre Manche.  Jouant sur ce sentiment de « richesse virtuelle » l’agence a développé un gigantesque jeu de Monopoly à travers tout le pays pour permettre aux gens de littéralement acheter Londres.

Je vous laisse découvrir le case study complet dans cette vidéo:

Et en prime les résultats sont bons, que demander de plus???

La réalité augmentée, cela fait quelques temps qu’on en parle, mais à mon sens son utilisation était cantonnée jusqu’à maintenant à une utilisation  un peu gadget et sans plus value réelle.

Suivent 3 exemples qui montrent que les annonceurs comprennent peu à peu l’étendue des possibilités de la technologie et, l’utilisent de manière plus qualitative en lui donnant du sens.

Dans ces 3 cas, il est indéniable que son utilisation enrichie l’expérience client.

Nestlé

Fini les jouets en plastique au fond de la boite. Avec la réalité augmentée, transformez votre boite de céréales en jeux video 3D « d’Arthur et la revanche de Maltazard ».

Lego

Cette boite digitale permet aux enfants (ou aux parents) de visualiser en 3D le contenu exact de la boite qu’ils souhaitent acheter.

Et puis, pour les plus grands,

Esquire

Certaines pages du numéro d’Octobre sont accessibles à la réalité augmentée.

D’autres idées d’utilisation pour vos annonceurs???